[Help us] Le Barcelona Express

Hola chic@s,

Vous commencez à le savoir, j’aime les défis et j’aime les partager sur le blog (mon Erasmus en Espagne ou encore mon trek au Costa Rica). Cette année, je pars faire le Barcelona Express et c’est mon nouveau challenge !

Le Barcelona Express

C’est une compétition reliant Paris à Barcelone en stop par équipes de deux (ou trois). Chaque jour une nouvelle étape dévoilée le matin même, s’achevant par une épreuve et une fiesta. A la clé, un tour du monde pour la meilleure team !

TEam

Help Us

Je vous ferai partager l’aventure sur ce blog, mais pour nous donner toutes nos chances, nous avons vraiment besoin de votre aide ! Un vote sur notre page nous permettra de gagner de précieuses minutes à chaque étape de la course, jusqu’à 30 minutes ce qui est simplement énorme ! C’est super simple en plus, il suffit d’aller par ici : http://barcelonaexpress.org/be17/teams/257 et de cliquer sur le bouton « Support ».

Vote pour nous, j’te f’rai des cookies ❤

Incessamment sous peu, je vous partagerai notre vidéo #1 de présentation. Vous saurez tout sur notre équipe !

Et si on testait… ?

Hola chic@s,

Il est ma foi grand temps de reprendre ce blog ! Il s’en est passé des choses en quelques mois, et j’ai pas mal d’articles à vous écrire 🙂

Aujourd’hui, point de recette, ni de bonne adresse. Je vous propose plutôt un test : je suis allée rendre visite à mon cousin à Bruxelles et nous sommes passés dans un grand magasin asiatique. Et comme j’aime bien découvrir de nouvelles saveurs, je me suis dit qu’il pourrait être intéressant d’acheter quelques produits, au hasard, pour les tester avec les copains. C’est parti pour la découverte !

 Petits biscuits tube à la noix de coco

Premier test de cette série, ces biscuits au format original. Ca croustille et ça goûte bien la noix de coco. Le fourrage coco à l’intérieur me rappelle la texture des fourrages des Oreo. Somme toute, ces biscuits sont tout simples, on en reprendrait bien pour le goûter !

Mini-pandas fourrés à la fraise

Encore des biscuits, choisis cette fois pour leur packaging : du rose et des pandas qui tirent la langue. J’avais un peu peur du rose hypra-chimique et d’un goût de médicament, mais j’ai été agréablement surprise. Ces biscuits se grignotent très facilement !

Kit-Kat au thé matcha

Dernier test côté sucré, les fameux Kit-Kat au thé matcha. On connaît tous les Kit-Kat, leur chocolat au lait et leur biscuit qui croustille… Ces Kit-Kat là m’ont surprise par leur couleur : le chocolat est vert (comme du matcha) ! Le goût du thé matcha est lui aussi assez prononcé, mais le tout se marie bien avec le biscuit central.

Crackers d’algues aux fruits de mer

Je connaissais déjà l’algue nori pour son utilisation dans les makis, les soupes miso ou les bols de ramen. Mais je ne l’avais jamais testée sous forme de crackers. Ces snacks ressemblent à des algues soufflées, avec un fort goût de fruits de mer. Mes potes, dubitatifs au premier essai, ont ensuite dévoré le paquet !

Sticks à la tomate

Dernier produit de cette sélection, des sticks apéros à la tomate ! En fait, je pourrai les comparer à des Mikado cuisinés un peu à la provençale (et sans chocolat). C’est super bon, et ça se mange sans faim !

Décidément j’ai eu de la chance en choisissant tous ces produits au hasard ! Seul une confiserie au gingembre (mais pas exactement du gingembre confit) ne m’a pas trop plu ; d’ailleurs je ne l’ai pas prise en photo. J’avais aussi acheté des nouilles de patate douce, toutes roses ! Je les ai utilisées dans une soupe thaï type Tom Kha, et c’était vraiment délicieux.

Let’s do it !

Bon alors, on arrête de râler ! 😉 C’est vrai, j’écris bien moins souvent qu’auparavant.

La vie va trop vite. Je travaille encore, et j’attends les vacances avec impatience. Avec un peu de crainte aussi. J’aime bien dire que mon Erasmus en Espagne constituait le niveau 1 de mes challenges. Mon voyage, lui, est du niveau 2. Des différences culturelles, un rythme intense, beaucoup de sport.

Je sais que sportivement, je ne suis pas prête. Je me suis entraînée, pourtant. Mais aujourd’hui, à une semaine du départ, il est trop tard pour intensifier les choses. Ca va se jouer au mental ; je ne suis pas sûre qu’il s’agisse ou non d’une bonne chose. Quoiqu’il en soit, je suis impatiente, et les journées paraissent des éternités.

Travailler. Essayer de finir tous mes projets car la fin de mon contrat arrive. Finir les achats du voyage. Préparer « la suite ». Le mini-retour chez mes parents. La soutenance qui marquera enfin l’obtention de mon diplôme. L’emménagement dans ma coloc’ à Paris. Le nouveau boulot.

S’organiser. Penser. Réfléchir. Stresser. Relativiser. Un panel d’émotions, d’interrogations, qui se battent dans ma tête. C’est pas facile. Je dis au revoir à des personnes qui ont fait partie de ma vie d’étudiante ici, j’essaie de me projeter dans l’avenir sans trop y parvenir.

J’ai des idées, j’ai des projets. Du noir, du blanc, du gris, des arc-en-ciels et ces éternelles hésitations. Trop de paramètres à prendre en compte. J’ai besoin d’un bouton OFF.

Quelques jours encore à tenir, avant le passage du premier cap. On souffle, on lève la tête, on sourit, et c’est reparti.

Afficher l'image d'origine

Mijoté de porc au cidre et aux pommes

Une autre recette de ma coloc’ – je pourrais d’ailleurs publier nos menus de la semaine un de ces jours, ça peut toujours donner des idées ! Avec ce plat doucement mijoté, on est plutôt sur de la comfort food, mais les pommes en quantité généreuse rattrapent un peu la crème et le cidre 😉 Toujours est-il que manger ce plat après une dure journée de travail s’approche du bonheur absolu ! Je l’avais aussi réalisé en Espagne, et c’était là aussi un bonheur avec quelques « souvenirs » culinaires français…

Filets de porcs aux pommes poêlées et au cidre #BonAppetit #FrenchFood

A post shared by Coraline (@coraleuse_go) on

Ingrédients

600g de porc en morceaux, sans os (peu importe quelle partie du porc, mais le mieux est un filet mignon)

5 pommes

2 gros oignons

20cl de cidre

2cs de crème fraîche épaisse

1cs de vinaigre balsamique

Du sel, du poivre, quelques gouttes de Tabasco selon le goût, du persil

Un filet d’huile d’olive

20160721_204916.jpg

Préparation

Epluchez et coupez les pommes en huitièmes. Epluchez et coupez les oignons en gros morceaux.

Dans une grande casserole (ou une marmite), faites revenir le porc en morceaux jusqu’à ce qu’il soit doré dans un peu d’huile d’olive. Ajoutez les pommes et les oignons. Laissez cuire en mélangeant régulièrement une dizaine de minutes.

Ajoutez le cidre et le vinaigre balsamique. Couvrez et laissez mijoter environ trente minutes en remuant de temps en temps. Au dernier moment, ajoutez la crème, mélangez. Assaisonnez avec le sel, le poivre, éventuellement du Tabasco, et du persil.

Ce plat se marie très bien avec du riz, mais de la purée de pommes de terre fait aussi l’affaire.

Santander, mon bilan – Oser

Ca y est, pour une fois mon article n’est pas décalé avec la réalité. J’ai repris le boulot il y a 10 jours maintenant, soit 12 jours que je suis rentrée en France.

Beaucoup de gens parlent de la dépression post-Erasmus. Ayant eu un Erasmus plutôt studieux que festif et voyageur, il faut le dire, je ne suis pas tant que ça « en manque » de l’Espagne.

Toutefois, je ne peux m’empêcher de regretter mes balades à Puerto Chico, où j’allais m’asseoir et contempler la mer lors de mes (nombreux) moments de stress dû aux examens. Les rencontres bien évidemment, et le rythme espagnol. De manière générale, ma petite ville qu’est Santander, mi ciudad de corazón comme j’aime à l’appeler. Les sorties impromptues pour boire un verre et partager des raciones. Le funiculaire de la ville, ses tapis roulants et ses innombrables escaliers.

Puert chico

C’est pas si facile, de faire un bilan. J’ai vécu les derniers jours comme dans un nuage de coton, entre les examens (passés et à venir) et mes cartons. A dire au revoir en espérant revoir ces belles personnes que j’ai pu rencontrer là-bas. Et là, le retour.

J’ai déjà eu mes notes, j’ai tout validé (et de loin, c’est ma meilleure moyenne en cinq ans d’études. Je n’en reviens pas !). Je suis revenue au travail avec une motivation d’enfer pour ce dernier été. J’organise mes vacances, et j’essaie de combler mes weekends. J’ai déjà pu aller à Paris profiter de mes frères, de mes parents.

Et surtout, j’observe les changements qui se sont produits en moi. Il y a des choses dont je me doutais, d’autres que je découvre. Evidemment je parle maintenant espagnol. Mais j’ai aussi amélioré mon anglais. Et puis mon cardio aussi, avec tous ces escaliers dans la ville. Je danse mieux la bachata aussi. Cependant je crois que le plus important est que j’ai appris à oser.

Oser, c’est marrant, c’est tellement simple, ce mot. Et pourtant comme je le disais ici, j’ai tout le temps été hors de ma zone de confort. Déjà par le simple fait d’être à l’étranger. D’y étudier. D’y être seule. Santander, c’est le premier endroit où je suis vraiment seule : sans parents, sans copain pour m’aider à la moindre ampoule qui saute. Ni pour me donner des conseils à chaque interrogation que je peux avoir. Je prends mes propres décisions.

Bien sûr, j’ai pris de bonnes comme de mauvaises décisions. J’ai fait des conneries, j’ai surtout appris à relativiser. Maintenant je me demande quels sont les risques probables lorsque je fais quelque chose, et les solutions s’ils surviennent. Je ne m’arrête plus à la pensée de « si je fais ceci, il va m’arriver ceci ». J’ai déjà planifié mon prochain voyage, à l’autre bout du monde, avec un trek et d’autres activités sportives. Ca me motive à m’entraîner (et pourtant je suis plus une sportive de canapé qu’assoiffée d’effort).

Je dis ce que je pense aussi. En Espagne, je manquais de subtilité et il était des fois très important de dire clairement ce que je voulais dire. Ici en France, je m’en sers pour être plus assertive.

C’est étrange, comme ces quelques mois à l’étranger m’ont permis d’avancer dans la vie, par ce petit mot de quatre lettres, mon nouveau mojo. Oser.

Il est bien des choses qui ne paraissent impossibles que tant qu’on ne les a pas tentées.

André Gide

Promenade dominicale

[English below]

J’adore marcher. Ici je fais tout à pied. Alors quand j’ai l’occasion, je vais me promener, seule ou avec des amis. Dimanche dernier je suis retournée à la péninsule de la Magdalena. Je suis aussi allée à la plage de la Muñeca et à la Virgen del Mar.


I love walking. Here I go everywhere by foot. So when I have an opportunity, I go for a walk, alone or with some friends. Last Sunday I went back to the Magdalena peninsula. I also went to the Muñeca beach and to the Virgen del Mar.

Dieu des partiels

Petit Papa Noël Dieu des partiels,

Si tu pouvais cette année faire un petit effort et être sympa avec moi. J’ai bien bossé et même beaucoup travaillé.

J’ai passé des heures à rechercher ce qu’on me demandait, à préparer des présentations et autres exercices. A apprendre par cœur mes plus-de-mille slides dans cette matière intéressante mais très dense. A rédiger des rapports plus complets les uns que les autres pour grappiller quelques points.

Je suis énervée contre ceux qui considèrent que je passe six mois de vacances ici. Stressée par toute la pression inhérente aux conséquences qu’il y aurait si un seul de mes examens n’est pas validé ici. Fatiguée par l’énergie que je dépense à vivre partiels. Bosser, manger en bossant, dormir en rêvant de data centers (véridique), et rebelote…

J’essaie de prendre du temps pour moi et de sortir, mais il m’est difficile d’évacuer les examens de mon cerveau. La confiance n’est pas là (elle ne l’est jamais quand il s’agit d’examens de toute façon), mais je donne le meilleur de moi-même. C’est ce que je fais toujours. Et j’espère que cela suffira.

Alors s’il te plait, p’tit Dieu des Partiels, si tu pouvais me donner un coup de main cette année…

please stitch beg lilo and stitch