Vamos a Costa Rica- Jour 0

Hola chic@s,

Aujourd’hui commence une nouvelle série sur le blog, le récit de mon « Aventure Tropicale » au Costa Rica. Je suis partie mi-août 2016 visiter ce pays avec l’UCPA. Les articles de cette série ne sont le fruit d’aucun partenariat et ne résument que mon opinion & mes états d’âme.

14 août 2016 – Jour 0

Je me lève à 4 heures ce matin, je suis trop impatiente. Prête en un rien de temps, j’ai de l’avance au point de rendez-vous avec le taxi. A l’intérieur, j’admire le lever du soleil. La musique est douce et le chauffeur parle peu. Malgré l’heure précoce, je me sens réveillée par l’adrénaline qui me remplit.

J’arrive à l’aéroport à 6 heures du matin. Le rendez-vous est à 7 heures 30 ; visiblement j’aurais pu dormir une bonne heure de plus. Tant pis, je patiente et par hasard je trouve un Monsieur de l’UCPA qui accueille le groupe d’avant moi. Il m’invite à aller m’enregistrer afin de gagner du temps. Il a raison, j’ai un problème avec l’étiquette de mon bagage qui ne s’imprime pas, heureusement assez vite résolu. J’en profite pour jouer les interprètes pour un couple péruvien un peu perdu. Le Monsieur me parle de son pays et de sa « comida muy rica ».

Le groupe se constitue peu à peu et nous nous dirigeons tous ensemble vers la porte d’embarquement. Une fois la sécurité passée, nous buvons un café avant d’embarquer. Cela ne m’empêche pas de m’endormir une fois dans l’avion et d’être réveillée par l’un de mes nouveaux camarades de voyage pour le petit déjeuner.

Le vol passe vite, on a une jolie vu de la Hollande et on commence à sympathiser les uns avec les autres. Nous trouvons un retardataire et l’embarquons avec nous à Amsterdam. Arrivés là-bas, nous traversons la quasi-totalité de l’aéroport pour atteindre notre terminal, passant devant boutiques, restaurants et espaces de détente tous joliment décorés.

20160814_104515
Avant l’atterrissage à l’aéroport d’Amsterdam

Le vol Amsterdam-Panamá City passe bien plus lentement. Onze heures, c’est long et il est difficile de passer le temps. Je rencontre une jeune Allemande qui part passer un bac international au Costa Rica.

20160814_213343
Vue sur la République Dominicaine

Après avoir pris notre troisième vol de Panamá City à San José, nous descendons de l’avion et nous dirigeons vers les bagages. Une jeune femme nous demande si on voyage avec l’UCPA. Après notre réponse positive elle nous dit qu’elle aussi. Incompréhension du groupe car nous pensions n’être que sept. Il s’avère que la fille n’avait pas pris le même avion entre Paris et Panamá.

Mauvaise surprise pour l’un de nos compagnons de route qui ne retrouve pas sa valise. Pendant qu’il essaye de s’informer sur ce qu’elle a pu devenir nous rejoignons notre accompagnateur. Là nous attend une autre jeune femme arrivée des Etats Unis. Nous sommes désormais une majorité de filles dans le groupe : 5 filles, 4 garçons plus le guide. On est épuisés par le voyage. Il est plus de 20h au Costa Rica, environ 4h du matin en France. On monte dans notre minibus et on fait connaissance avec notre chauffeur costaricien, Carlos.

Après 20 km de route nous arrivons à l’hôtel dans la capitale San José. Les routes paraissent modernes, le guide nous explique que le Costa Rica dispose de toutes les technologies modernes. C’est le pays avec le plus de franchises au monde, aussi très américanisé.

L’hôtel est très confortable et moderne. Je rencontre ma compagne de chambre et nous nous couchons dès que l’on arrive.

20160815_080524
L’un des salons de l’hôtel

Que voir, que faire à Santander ?

Hola chic@s,

Toujours dans ma série sur Santander, voici quelques idées de choses à voir dans la ville.

A Santander, il faut évidemment passer sous le porche del Banco Santander qui est magnifique. Prendre le funiculaire Calle Rio de la Pila, boire un verre dans cette rue bondée le vendredi soir et possédant de nombreux bars. Aller danser au Paradise.

Se promener le dimanche le long du Puerto Chico, embarquer pour une balade au coeur de la baie. Passer devant le palais des Festivals, longer la mer jusqu’à la plage. Continuer jusqu’à la péninsule de la Magdalena, avec son palais, ses jeux pour enfants, ses bateaux et son mini-zoo.

DSCN1870.JPG

De l’autre côté de la ville, derrière l’université, chiller dans le Parque de las Llamas, admirer le palais des sports. Un peu plus loin, traverser le parc de las Mataleñas pour se retrouver sur les falaises, marcher jusqu’au phare. Se baigner sur le chemin en descendant vers la plage.

d.jpg

DSCN1792.JPG
T’as vu la vue ?

D’ailleurs, très proche du parc de las Mataleñas se trouve un golf, à tester si tu es amateur/trice !

Santander, mon bilan – Oser

Ca y est, pour une fois mon article n’est pas décalé avec la réalité. J’ai repris le boulot il y a 10 jours maintenant, soit 12 jours que je suis rentrée en France.

Beaucoup de gens parlent de la dépression post-Erasmus. Ayant eu un Erasmus plutôt studieux que festif et voyageur, il faut le dire, je ne suis pas tant que ça « en manque » de l’Espagne.

Toutefois, je ne peux m’empêcher de regretter mes balades à Puerto Chico, où j’allais m’asseoir et contempler la mer lors de mes (nombreux) moments de stress dû aux examens. Les rencontres bien évidemment, et le rythme espagnol. De manière générale, ma petite ville qu’est Santander, mi ciudad de corazón comme j’aime à l’appeler. Les sorties impromptues pour boire un verre et partager des raciones. Le funiculaire de la ville, ses tapis roulants et ses innombrables escaliers.

Puert chico

C’est pas si facile, de faire un bilan. J’ai vécu les derniers jours comme dans un nuage de coton, entre les examens (passés et à venir) et mes cartons. A dire au revoir en espérant revoir ces belles personnes que j’ai pu rencontrer là-bas. Et là, le retour.

J’ai déjà eu mes notes, j’ai tout validé (et de loin, c’est ma meilleure moyenne en cinq ans d’études. Je n’en reviens pas !). Je suis revenue au travail avec une motivation d’enfer pour ce dernier été. J’organise mes vacances, et j’essaie de combler mes weekends. J’ai déjà pu aller à Paris profiter de mes frères, de mes parents.

Et surtout, j’observe les changements qui se sont produits en moi. Il y a des choses dont je me doutais, d’autres que je découvre. Evidemment je parle maintenant espagnol. Mais j’ai aussi amélioré mon anglais. Et puis mon cardio aussi, avec tous ces escaliers dans la ville. Je danse mieux la bachata aussi. Cependant je crois que le plus important est que j’ai appris à oser.

Oser, c’est marrant, c’est tellement simple, ce mot. Et pourtant comme je le disais ici, j’ai tout le temps été hors de ma zone de confort. Déjà par le simple fait d’être à l’étranger. D’y étudier. D’y être seule. Santander, c’est le premier endroit où je suis vraiment seule : sans parents, sans copain pour m’aider à la moindre ampoule qui saute. Ni pour me donner des conseils à chaque interrogation que je peux avoir. Je prends mes propres décisions.

Bien sûr, j’ai pris de bonnes comme de mauvaises décisions. J’ai fait des conneries, j’ai surtout appris à relativiser. Maintenant je me demande quels sont les risques probables lorsque je fais quelque chose, et les solutions s’ils surviennent. Je ne m’arrête plus à la pensée de « si je fais ceci, il va m’arriver ceci ». J’ai déjà planifié mon prochain voyage, à l’autre bout du monde, avec un trek et d’autres activités sportives. Ca me motive à m’entraîner (et pourtant je suis plus une sportive de canapé qu’assoiffée d’effort).

Je dis ce que je pense aussi. En Espagne, je manquais de subtilité et il était des fois très important de dire clairement ce que je voulais dire. Ici en France, je m’en sers pour être plus assertive.

C’est étrange, comme ces quelques mois à l’étranger m’ont permis d’avancer dans la vie, par ce petit mot de quatre lettres, mon nouveau mojo. Oser.

Il est bien des choses qui ne paraissent impossibles que tant qu’on ne les a pas tentées.

André Gide

Tarte flambée

Hola chic@s !

Aujourd’hui je vous parle d’une recette Alsacienne, la région de mon Papa. Elle est parfaite pour un soir accompagnée d’une salade et surtout de quelques amis, il s’agit de la tarte flambée !

C’est la première fois que j’en fais une (y compris la pâte), aussi j’ai adapté la recette de Bernard du blog La Cuisine de Bernard. J’ai notamment ajouté du gruyère râpé, car je préfère que ma tarte flambée soit gratinée. Et si j’avais eu du munster sous la main, j’en aurais mis aussi.

20160606_224639

Ingrédients

250 g de farine

50 ml d’huile

Du sel

25 ml d’eau (mais ça dépend de votre farine, à ajuster)

2 gros oignons

200 g de lardons

200 g de fromage blanc

100 ml de vin blanc

Du gruyère râpé

Eventuellement : des champignons, du munster ou des tomates cerises

20160606_224522

Préparation

Commencez par mélanger l’huile à la farine. Ajoutez une pincée de sel. Ajoutez ensuite l’eau petit à petit pour agglomérer la pâte. Pétrissez bien. Enroulez la pâte dans du film étirable puis mettez la au réfrigérateur une heure durant.

Pendant ce temps, coupez finement les oignons. Faites les revenir avec une cuillère d’huile dans une casserole et ajoutez sans attendre le vin blanc. Laissez-le s’évaporer.

Préchauffez le four à 250°C. Lorsque la pâte est prête, séparez-la en deux ou 4 boules (si vous faites des tartes individuelles) et étalez-les finement sur du papier cuisson. Etalez sur chaque tarte du fromage blanc. Disposez des oignons et des lardons, ajoutez les ingrédients facultatifs et saupoudrez de gruyère râpé. Enfournez une quinzaine de minutes à 250°C.

Zaragoza #4 : La fin du voyage

[English below]

Hola chic@s !

Ca y est c’est la fin du weekend à Zaragoza. Avant de partir nous passons devant le Palais de la Aljaferia.

20160603_160850.jpg

Il est vraiment superbe mais nous n’avons malheureusement pas le temps de le visiter. Nous retournons vers le centre-ville.

On mange une glace, on récupère nos affaires et on retourne à Santander, des souvenirs plein la tête pour ce dernier voyage avant le retour en France.


Hola chic@s !

Here is the end of the Zaragoza weekend. Before we go we walk until the Aljaferia Palace.

20160603_160850.jpg

It’s really beautiful but unfortunately we don’t have the time to visit it. We go back to the center of the town.

We eat an ice cream, take back our luggage and go back to Santander, our head full of the memories of our last trip before going back to France.

Zaragoza #3 : El Parque del Agua, la Torre del Agua et l’Aquarium

[English below]

Hola chic@s !

Aujourd’hui voici la suite de nos aventures à Zaragoza, lors de notre deuxième et dernier jour là-bas. Nous avons commencé par prendre un bus pour nous rendre à la Torre del Agua, tour gigantesque en forme de goutte d’eau.

20160603_112103.jpg

Elle fait partie du Parque del Agua qui a été créé il y a quelques années pour une exposition internationale dans la ville. Il faut savoir qu’une grande partie du Parc est en zone inondable et que c’est pour cela que s’y trouve un parc et non des habitations ou des bureaux.

20160603_11335520160603_114837

Nous nous dirigeons tout d’abord vers l’aquarium de Zaragoza. Ce dernier est connu pour être le plus grand aquarium fluvial d’Europe. L’entrée est relativement chère (14€ le tarif adulte, 12 ou 13 le tarif étudiant, je ne me souviens plus) et le hall est désert. Les machines pour valider les tickets sont même poussées contre un mur. Nous entrons dans le parcours plongé dans le noir. Les aquariums sont vastes et présentent de grandes variétés de poissons. Nous pouvons même caresser des carpes Koï ! De plus, quelques amphibiens et reptiles s’y trouvent également, ce qui rend la visite encore plus intéressante. En revanche, je n’ai pas aimé ce qui entourait les aquariums : des décors vieux et abîmés, des câbles visibles, des écrans d’animation éteints… Je me demande comment se sentent les animaux, si l’intérieur de leur aquarium est bien adapté à leur mode de vie…

20160603_12143220160603_122508

Voilà, c’est tout pour l’épisode trois ! On se retrouve bientôt pour la fin de notre week-end à Zaragoza !


Hola chic@s !

Now here’s more of our adventures in Zaragoza, on our second and last day there. We started by taking a bus to go to the Torre del Agua, gigantic round-shaped drop of water.

20160603_112103.jpg

It’s part of the Parque del Agua which was created for an international exhibition in the city few years ago. You should know that a large part of the park is in a flood zone and that’s why it’s a park, not houses or offices.

20160603_11335520160603_114837

We go first to the aquarium of Zaragoza. It is known to be the largest river aquarium in Europe. Admission is relatively expensive (14 € adult rate, 12 or 13# the student rate, I don’t remember) and the hall is deserted. Machines to validate the tickets are even pushed against a wall. We enter the path plunged into darkness. Aquariums are large and have large varieties of fish. We can even caress Koi carps! In addition, some amphibians and reptiles are also there, which makes the visit even more interesting. But I did not like what was around the aquarium: the old and damaged decorations, visible cables, animation screens off … It makes me wonder about how the animals feel here !

20160603_12143220160603_122508

That is all for episode three! Stay tuned to know the end of our weekend in Zaragoza!

Zaragoza #2 : La Basilique Señora del Pilar

[English below]

Hola !

Par ici la suite du voyage ! Après avoir récupéré nos cartes de la ville ainsi que le ChocoPass de Zaragoza, nous nous dirigeons vers la Basilique Señora del Pilar.

20160602_172622(0)

La place del Pilar sur laquelle nous arrivons est magnifique, pleine d’espaces et entourée de beaux immeubles.

Nous rentrons dans la Basilique. S’y trouvent de magnifiques peintures de Goya, mais il est interdit de prendre des photos donc je n’en ai pas à vous montrer. Evidemment, s’agissant d’un lieu religieux, il est demandé à l’entrée de se vêtir décemment.

20160602_180306

Nous ressortons et nous dirigeons vers le fond de la place où se trouvent quelques jolies statues d’illustres inconnus.


Hola !

Let’s follow our adventure! After we took some maps of the City and the ChocoPass of Zaragoza, we walk until the Basilica Señora del Pilar.

20160602_172622(0)

La place del Pilar sur laquelle nous arrivons est magnifique, pleine d’espaces et entourée de beaux immeubles.

 

We enter inside of the Basilica. Beautiful Goya’s paint are located here, but it’s forbidden taking pictures so I don’t have any to show you. Of course, since it’s a religious place, it’s asked to be decently clothed.

20160602_180306

We go out the Basilica and walk towards the bottom of the place where some pretty statues are located.

.

Zaragoza #1 : Notre arrivée et l’office du Tourisme

[English below]

Hola chic@s !

Aujourd’hui on commence une série d’articles sur mon week-end à Zaragoza avec une amie anglaise. Par un beau matin gris à Santander, nous prenons le bus direction Zaragoza, à 5h30 (6h en pratique) de là. Le paysage est superbe, quand on rentre dans le cœur de l’Espagne on se croirait un peu au Far West : sec, aride, avec quelques bosquets. Bon, ce n’est peut-être pas le Far West, mais au moins l’idée que je m’en fais !

On arrive à la station de bus, on doit prendre un nouveau bus, local cette fois, pour se rendre à l’appartement AirBnb où nous avons réservé une chambre. C’est un peu compliqué de se diriger, car le même nom est porté par plusieurs arrêts consécutifs. Mais nous arrivons tout de même sous un soleil de plomb.

Le quartier est sympa avec l’auditorium, un stade, un petit centre commercial et une place où se trouvent quelques cafés. L’appartement un peu moins, mais il était vraiment pas cher. En revanche nous ne nous y sommes pas senties en sécurité pour X raisons et avons pour cela écourté notre séjour.

Une fois l’appartement récupéré, nous prenons le tram en direction de l’office du tourisme situé dans le Pilar (le pilier), Plaza del Pilar.

20160602_171238

Nous récupérons des cartes de la ville, admirons le mirador au sommet et achetons le ChocoPass de Zaragoza.

20160602_172556

Zaragoza possède une histoire forte avec le chocolat en Espagne et propose un ensemble de tickets donnant droits à des produits en lien avec le chocolat chez différents partenaires. Au vu de la qualité des produits et du prix payé, nous avons trouvé que c’était vraiment intéressant (même si nous n’avons pas utilisé tous les tickets du fait de notre retour anticipé) : 9€ pour 5 produits (plus une dégustation à 100 km de là que nous n’avons pas faite).

20160604_132137


Hola chic@s !

Today we begin a new article series about my weekend in Zaragoza with an English friend. By a beautiful grey morning in Santander, we take the bus to Zaragoza, to 5h30 from here (6h actually). The landscape is amazing, when we enter the Spain’s core we think we’re in the Far West: dry,

Aujourd’hui on commence une série d’articles sur mon week-end à Zaragoza avec une amie anglaise. Par un beau matin gris à Santander, nous prenons le bus direction Zaragoza, à 5h30 (6h en pratique) de là. Le paysage est superbe, quand on rentre dans le cœur de l’Espagne on se croirait un peu au Wild West : sec, arid, with some groves. Well, it is perhaps not the Wild West, but at least the idea that I have!

We arrive at the bus station, where we must take a new bus, local this time to get to the apartment Airbnb where we booked a room. It’s a bit complicated to find the good stop, because the same name is carried by several consecutive stops. But we finally arrive under a blazing sun.

It’s a nice neighborhood with an auditorium, a stadium, a small shopping center and a place where a few cafés are located. The apartment is a little less nice, but it was really cheap. However we didn’t feel safe for X reasons and have for this shortened our stay.

Once recovered the room, we take the tramway to the tourist office located in the Pilar (pillar), Plaza del Pilar.

20160602_171238

We collect maps of the city, admire the point of view at the top and buy the ChocoPass of Zaragoza.

20160602_172556

Zaragoza has a strong history with chocolate in Spain and provides a set of tickets giving rights to products related to chocolate with different partners. Given the quality of products and the price paid, we had thought it was really interesting (although we did not use all the tickets because of our early return): 9 € for 5 products (more a tasting session 100 km from here that we have not done).

20160604_132137

Battle food #43 : Pizza fleurie au chorizo

Hola hola !

Me revoilà avec une nouvelle recette. Un peu particulière cette fois, puisque je participe à la Battle Food #43 sur le thème du chorizo.

logo_battle_food43

Oui, OK, mais c’est quoi la Battle Food ?

En fait, c’est tout simple (et même pas compliqué), c’est un défi culinaire de blogueurs (ou pas d’ailleurs) autour d’un thème mensuel. Initié par Carole de « Sunrise Over Sea », il est demandé que la recette soit une recette originale. Il n’y a rien à gagner, et à la fin toutes les recettes sont regroupées dans un tableau Pinterest, et l’organisation est transmise à un nouveau blogueur.

Pour cette édition, sur le thème du chorizo donc, c’est Florence de Au Fil du Thym qui est la marraine. Lors de l’édition précédente, la marraine était Béatrice de Popote et Nature.

Allez, c’est parti pour la recette !


J’ai choisi de travailler le chorizo en le faisant infuser avec du basilic dans de la crème fraîche. Une fois ma crème obtenue, tout un tas de possibilités s’offraient à moi, mais j’ai décidé de réaliser une pizza rouge verte et blanche, colorée et délicieuse.

20160515_205941.jpg

Ingrédients

Une pâte à pizza (maison, c’est mieux – mais j’avoue que je l’ai achetée)

20 cl de crème fraîche

Une dizaine de feuilles de basilic

1/2 chorizo

Quelques tomates cerises

Une boule de mozzarella

Un poivron rouge

Quelques gouttes de tabasco

Un peu de poivre

20160515_193513.jpg

Préparation

On commence par la crème ! Coupez le chorizo en rondelles. Conservez quelques rondelles pour les « fleurs » de la pizza, et disposez le reste dans une casserole. Ajoutez quelques feuilles de basilic hachées. Versez la crème fraîche, ajoutez quelques gouttes de Tabasco à votre goût et laissez infuser à feu moyen. A titre indicatif, j’ai laissé ma casserole sur le feu 10 minutes après l’ébullition.

20160515_194838.jpg

Préchauffez le four à 180°C (thermostat 6). Déroulez la pâte à pizza. Etalez la crème chorizo-basilic comme une base. On va maintenant réaliser les fleurs. Pour cela, coupez en dés le poivron et en tranches la mozzarella. Coupez en deux quelques tomates cerises. Et quant à la disposition, une image vaut mieux qu’un long discours :

20160515_201949.jpg

Donc, on met trois feuilles de basilic en cercles, une rondelle de mozzarella. On entoure de dés de poivrons. On rajoute une rondelle de chorizo et une demi tomate cerise. J’ai un peu hésité à garder entières les feuilles de basilic, je craignais que ce soit trop fort. Mais en fait j’ai adoré 🙂

20160515_202515(0).jpg

Donnez quelques tours de moulin à poivre et enfournez pour une vingtaine de minutes avant de vous régaler !

20160515_204744.jpg

J’ai adoré cette pizza pleine de contrastes : la douceur de la mozzarella et le piquant du chorizo, le jus des tomates cerises face au croustillant de la pâte. Il est indubitable que je la referai incessamment sous peu !

Et puis comme j’avais un peu trop de crème et de basilic, le lendemain je m’en suis servie avec du riz. Avec quelques tomates cerises, dés de poivrons poêlés et feuilles de basilic, me revoilà de retour au septième ciel de la gourmandise !

Riz


Voici la liste des participants :

Florence/Au Fil du ThymEmilie Sweetness Quelques grammes de gourmandise Food Fun Foto Les recettes de Mélanie La Cuisine facile de Chris J’ai toujours aimé le jaune moutarde Popote et Nature Bistro de Jenna Plaisir et Équilibre Envie d’une recette végétalienne ?Click, Cook and Taste Une Cuisine pour Voozenoo Marmotte Cuisine ! Les filles à table Chutzpy Life La Polygraphe Rappelles toi des mets By acb 5 you Pourquoi je grossis Cooking & Bon Appétit Mélina et Chocolat Fil et Croq Cooking and co Des recettes à gogo Les carnets de Sophie Keskonmangemaman Pix’elle(s) cuisine(nt) Aussi délicieux qu’un gâteau Le Blog de Cata Parfaimd’arômesLe petit grain de sucre Cooking in june Graine de faim kely Le renard et les raisins Petite cuillère et charentaise Like a CookieLa Médecine passe par la cuisine Poivré Seb Un zeste de soleil – Recreacakes – Gourmandise et passion Douceurs Maison Hola chic@s ! les goûts et les couleurs Pause Nature Mel en cuisine les cookines Cuisine et Déco by Maria Les délices de Loulou  – Fary (non blogueur)