Vamos a Costa Rica- Jour 0

Hola chic@s,

Aujourd’hui commence une nouvelle série sur le blog, le récit de mon « Aventure Tropicale » au Costa Rica. Je suis partie mi-août 2016 visiter ce pays avec l’UCPA. Les articles de cette série ne sont le fruit d’aucun partenariat et ne résument que mon opinion & mes états d’âme.

14 août 2016 – Jour 0

Je me lève à 4 heures ce matin, je suis trop impatiente. Prête en un rien de temps, j’ai de l’avance au point de rendez-vous avec le taxi. A l’intérieur, j’admire le lever du soleil. La musique est douce et le chauffeur parle peu. Malgré l’heure précoce, je me sens réveillée par l’adrénaline qui me remplit.

J’arrive à l’aéroport à 6 heures du matin. Le rendez-vous est à 7 heures 30 ; visiblement j’aurais pu dormir une bonne heure de plus. Tant pis, je patiente et par hasard je trouve un Monsieur de l’UCPA qui accueille le groupe d’avant moi. Il m’invite à aller m’enregistrer afin de gagner du temps. Il a raison, j’ai un problème avec l’étiquette de mon bagage qui ne s’imprime pas, heureusement assez vite résolu. J’en profite pour jouer les interprètes pour un couple péruvien un peu perdu. Le Monsieur me parle de son pays et de sa « comida muy rica ».

Le groupe se constitue peu à peu et nous nous dirigeons tous ensemble vers la porte d’embarquement. Une fois la sécurité passée, nous buvons un café avant d’embarquer. Cela ne m’empêche pas de m’endormir une fois dans l’avion et d’être réveillée par l’un de mes nouveaux camarades de voyage pour le petit déjeuner.

Le vol passe vite, on a une jolie vu de la Hollande et on commence à sympathiser les uns avec les autres. Nous trouvons un retardataire et l’embarquons avec nous à Amsterdam. Arrivés là-bas, nous traversons la quasi-totalité de l’aéroport pour atteindre notre terminal, passant devant boutiques, restaurants et espaces de détente tous joliment décorés.

20160814_104515
Avant l’atterrissage à l’aéroport d’Amsterdam

Le vol Amsterdam-Panamá City passe bien plus lentement. Onze heures, c’est long et il est difficile de passer le temps. Je rencontre une jeune Allemande qui part passer un bac international au Costa Rica.

20160814_213343
Vue sur la République Dominicaine

Après avoir pris notre troisième vol de Panamá City à San José, nous descendons de l’avion et nous dirigeons vers les bagages. Une jeune femme nous demande si on voyage avec l’UCPA. Après notre réponse positive elle nous dit qu’elle aussi. Incompréhension du groupe car nous pensions n’être que sept. Il s’avère que la fille n’avait pas pris le même avion entre Paris et Panamá.

Mauvaise surprise pour l’un de nos compagnons de route qui ne retrouve pas sa valise. Pendant qu’il essaye de s’informer sur ce qu’elle a pu devenir nous rejoignons notre accompagnateur. Là nous attend une autre jeune femme arrivée des Etats Unis. Nous sommes désormais une majorité de filles dans le groupe : 5 filles, 4 garçons plus le guide. On est épuisés par le voyage. Il est plus de 20h au Costa Rica, environ 4h du matin en France. On monte dans notre minibus et on fait connaissance avec notre chauffeur costaricien, Carlos.

Après 20 km de route nous arrivons à l’hôtel dans la capitale San José. Les routes paraissent modernes, le guide nous explique que le Costa Rica dispose de toutes les technologies modernes. C’est le pays avec le plus de franchises au monde, aussi très américanisé.

L’hôtel est très confortable et moderne. Je rencontre ma compagne de chambre et nous nous couchons dès que l’on arrive.

20160815_080524
L’un des salons de l’hôtel

Publicités

Let’s do it !

Bon alors, on arrête de râler ! 😉 C’est vrai, j’écris bien moins souvent qu’auparavant.

La vie va trop vite. Je travaille encore, et j’attends les vacances avec impatience. Avec un peu de crainte aussi. J’aime bien dire que mon Erasmus en Espagne constituait le niveau 1 de mes challenges. Mon voyage, lui, est du niveau 2. Des différences culturelles, un rythme intense, beaucoup de sport.

Je sais que sportivement, je ne suis pas prête. Je me suis entraînée, pourtant. Mais aujourd’hui, à une semaine du départ, il est trop tard pour intensifier les choses. Ca va se jouer au mental ; je ne suis pas sûre qu’il s’agisse ou non d’une bonne chose. Quoiqu’il en soit, je suis impatiente, et les journées paraissent des éternités.

Travailler. Essayer de finir tous mes projets car la fin de mon contrat arrive. Finir les achats du voyage. Préparer « la suite ». Le mini-retour chez mes parents. La soutenance qui marquera enfin l’obtention de mon diplôme. L’emménagement dans ma coloc’ à Paris. Le nouveau boulot.

S’organiser. Penser. Réfléchir. Stresser. Relativiser. Un panel d’émotions, d’interrogations, qui se battent dans ma tête. C’est pas facile. Je dis au revoir à des personnes qui ont fait partie de ma vie d’étudiante ici, j’essaie de me projeter dans l’avenir sans trop y parvenir.

J’ai des idées, j’ai des projets. Du noir, du blanc, du gris, des arc-en-ciels et ces éternelles hésitations. Trop de paramètres à prendre en compte. J’ai besoin d’un bouton OFF.

Quelques jours encore à tenir, avant le passage du premier cap. On souffle, on lève la tête, on sourit, et c’est reparti.

Afficher l'image d'origine

Zaragoza #1 : Notre arrivée et l’office du Tourisme

[English below]

Hola chic@s !

Aujourd’hui on commence une série d’articles sur mon week-end à Zaragoza avec une amie anglaise. Par un beau matin gris à Santander, nous prenons le bus direction Zaragoza, à 5h30 (6h en pratique) de là. Le paysage est superbe, quand on rentre dans le cœur de l’Espagne on se croirait un peu au Far West : sec, aride, avec quelques bosquets. Bon, ce n’est peut-être pas le Far West, mais au moins l’idée que je m’en fais !

On arrive à la station de bus, on doit prendre un nouveau bus, local cette fois, pour se rendre à l’appartement AirBnb où nous avons réservé une chambre. C’est un peu compliqué de se diriger, car le même nom est porté par plusieurs arrêts consécutifs. Mais nous arrivons tout de même sous un soleil de plomb.

Le quartier est sympa avec l’auditorium, un stade, un petit centre commercial et une place où se trouvent quelques cafés. L’appartement un peu moins, mais il était vraiment pas cher. En revanche nous ne nous y sommes pas senties en sécurité pour X raisons et avons pour cela écourté notre séjour.

Une fois l’appartement récupéré, nous prenons le tram en direction de l’office du tourisme situé dans le Pilar (le pilier), Plaza del Pilar.

20160602_171238

Nous récupérons des cartes de la ville, admirons le mirador au sommet et achetons le ChocoPass de Zaragoza.

20160602_172556

Zaragoza possède une histoire forte avec le chocolat en Espagne et propose un ensemble de tickets donnant droits à des produits en lien avec le chocolat chez différents partenaires. Au vu de la qualité des produits et du prix payé, nous avons trouvé que c’était vraiment intéressant (même si nous n’avons pas utilisé tous les tickets du fait de notre retour anticipé) : 9€ pour 5 produits (plus une dégustation à 100 km de là que nous n’avons pas faite).

20160604_132137


Hola chic@s !

Today we begin a new article series about my weekend in Zaragoza with an English friend. By a beautiful grey morning in Santander, we take the bus to Zaragoza, to 5h30 from here (6h actually). The landscape is amazing, when we enter the Spain’s core we think we’re in the Far West: dry,

Aujourd’hui on commence une série d’articles sur mon week-end à Zaragoza avec une amie anglaise. Par un beau matin gris à Santander, nous prenons le bus direction Zaragoza, à 5h30 (6h en pratique) de là. Le paysage est superbe, quand on rentre dans le cœur de l’Espagne on se croirait un peu au Wild West : sec, arid, with some groves. Well, it is perhaps not the Wild West, but at least the idea that I have!

We arrive at the bus station, where we must take a new bus, local this time to get to the apartment Airbnb where we booked a room. It’s a bit complicated to find the good stop, because the same name is carried by several consecutive stops. But we finally arrive under a blazing sun.

It’s a nice neighborhood with an auditorium, a stadium, a small shopping center and a place where a few cafés are located. The apartment is a little less nice, but it was really cheap. However we didn’t feel safe for X reasons and have for this shortened our stay.

Once recovered the room, we take the tramway to the tourist office located in the Pilar (pillar), Plaza del Pilar.

20160602_171238

We collect maps of the city, admire the point of view at the top and buy the ChocoPass of Zaragoza.

20160602_172556

Zaragoza has a strong history with chocolate in Spain and provides a set of tickets giving rights to products related to chocolate with different partners. Given the quality of products and the price paid, we had thought it was really interesting (although we did not use all the tickets because of our early return): 9 € for 5 products (more a tasting session 100 km from here that we have not done).

20160604_132137

L’Arrivée #4

Visiter Santander à pied permet de mieux se rendre compte des dénivelés de la ville. Les cuisses et les genoux travaillent !

Nous remarquons que les Espagnols n’hésitent pas à suspendre leur linge aux fenêtres, par-dessus les rues et les badauds. Les bâtiments sont aussi tous différents les uns des autres au niveau de leur architecture. C’est visuellement très intéressant avec cet éclectisme de formes et de couleurs.

On se dirige vers la plage. J’en profite pour prendre mes premières photos de la ville. J’aperçois une île avec un phare, et une presqu’île avec un grand bâtiment dessus.

DSCN1746.JPG

Nous marchons dans sa direction. La presqu’île est en fait un grand parc, avec un mini-zoo et l’ancien palais des vacances d’été de la famille royale Espagnole. [A suivre]

L’Arrivée #2

Lorsque nous traversons Santander, nous sommes choqués par les dénivelés de la ville. Santander est comme construite sur des vagues, et on ne cesse de monter ou de descendre à travers la ville.

DSCN1725.JPG

Il fait étonnamment doux et beau alors que l’on m’avait dit qu’il y faisait un « temps de Breton ». Peut-être ne pleut-il pas tant que ça en Bretagne, alors ?

Je récupère l’appartement avec notre hôte et baragouine ainsi mes premiers mots d’espagnol (en Espagne). Le logement est propre et la literie confortable, mais je pensais qu’il y avait du Wifi… Peu importe, je prends un pass Internet avec mon forfait afin de subvenir aux besoins des premiers jours.

En raison du départ anticipé de mon père (et aussi de la voiture de location), j’envoie un message au service de logements de l’université afin de voir s’il est possible de récupérer un peu plus tôt mon appartement étudiant.

En attendant la réponse, nous partons visiter la ville. [A suivre]

L’Arrivée #1

Nous arrivons à Santander avec deux heures d’avance sur la récupération de notre appartement AirBnb.

Je propose alors d’aller faire les courses afin d’avoir un minimum de nourriture lundi, lorsque je serai seule. On trouve un grand Carrefour avec d’autres boutiques que je n’ai pas encore visitées.

Les rayons du Carrefour semblent manquer de logique par rapport à mes habitudes en France : farine séparée des autres ingrédients de pâtisserie par exemple… Mais je me sens rassurée lorsque je vois le rayon fromage et celui de la boulangerie !

C’est étrange, les produits en format familial sont bien plus imposants qu’en France : bidons de plusieurs litres d’eau/de lessive/d’huile d’olive, sacs de plusieurs kilos de biscottes… Une petite déception tout de même, à part au rayon frais, je n’ai pas trouvé de jus 100% fruits. Tous les jus sont à base de concentrés.

A la fin des courses nous nous dirigeons vers l’appartement des premiers jours. [A suivre]